Etiquetage environnemental

Le saviez-vous ?

L’écoconception consiste à intégrer la protection de l’environnement dès la conception des produits.

Dans une démarche d’écoconception, on veillera à éviter le transfert de pollution par une démarche multi-étapes et multi-critères.

Ademe

 

Avant modification, l’étape la plus impactante pour un indicateur donné était la transformation. Après modification, l’ACV permet de mettre en évidence que les impacts ont bien diminué pour la transformation, mais les étapes extraction des matières premières et fin de vie du produit, sont devenues plus impactantes : à l’entreprise de valider si ceci est acceptable

 Une amélioration des impacts d’une étape doit se faire sans aggraver les impacts des autres étapes.

Pour clarifier l’information du grand public et développer l’éco-consommation, le Grenelle de l’environnement a conclu que l’affichage de l’impact environnemental des produits devait être progressivement développé. Cette démarche a eu lieu de 2011 à 2013 en France et est en cours d’évaluation au niveau européen jusqu’à fin 2016.

3 principes phares de l’affichage environnemental

  • L’affichage doit porter sur le couple produit / emballage. Il comptabilise les différents impacts significatifs d’un produit tout au long de son cycle de vie (extraction des matières premières, transformation, distribution, utilisation, fin de vie) sans cibler une étape en particulier, et en tenant compte de son mode de conditionnement ;
  • Un même format d’affichage pour tous les produits, multicritères mais simple : le consommateur doit pouvoir repérer visuellement et lire rapidement les informations sur les produits (effet de serre, consommation d’eau, toxicité, atteinte à la biodiversité….) ;
  • Des méthodes de calcul identiques par catégories de produits.

L’objectif est que le consommateur puisse à terme, trouver le même format d’affichage, quel que soit son lieu d’achat, et pouvoir comparer deux produits similaires en fonction de leur impact sur l’environnement.

1)Etiquette-indice-a

© Q. TAIPA / ADAKA

 

1)Etiquette-indice-b

© Q. TAIPA / ADAKA

  • L’Indice Environnemental représente l’impact environnemental de 100 g de produit par rapport à l’impact environnemental de la consommation alimentaire totale journalière d’un Français. Il est présenté sous forme de pourcentage (%).

 

  • Il est le résultat d’une méthodologie scientifique complexe basée sur la mesure de 3 indicateurs d’impacts environnementaux : les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d’eau et la pollution aquatique.
1)Etiquette-indice-c

© Q. TAIPA / ADAKA

Une méthode de calcul des impacts ?

Pour arriver à ces résultats, la méthodologie utilisée est l’Analyse du Cycle de Vie (ACV).

La méthode ACV permet d’évaluer quantitativement selon les normes ISO 14000, les effets directs ou indirects d’un produit sur l’environnement, depuis l’extraction des matières premières qui entrent dans sa composition jusqu’à son élimination, en fin de vie :

Cycle-de-vie

 

 

 

Toutes les étapes du cycle de vie sont prises en compte.

 

 

 

 

Source : Service communication SMTA

Les principaux indicateurs environnementaux

Globalement, un indicateur environnemental est un indicateur qui permet d’évaluer l’état de l’environnement.

Les indicateurs environnementaux utilisés ont été choisis parmi ceux de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique, organisation internationale d’études économiques). Leur sélection est fondée sur leur pertinence politique, leur justesse d’analyse et leur mesurabilité.

Le saviez-vous ?

L’écoconception consiste à intégrer la protection de l’environnement dès la conception des produits.

Dans une démarche d’écoconception, on veillera à éviter le transfert de pollution par une démarche multi-étapes et multi-critères.

Ademe

 

Avant modification, l’étape la plus impactante pour un indicateur donné était la transformation. Après modification, l’ACV permet de mettre en évidence que les impacts ont bien diminué pour la transformation, mais les étapes extraction des matières premières et fin de vie du produit, sont devenues plus impactantes : à l’entreprise de valider si ceci est acceptable

 Une amélioration des impacts d’une étape doit se faire sans aggraver les impacts des autres étapes.